Les vins du Beaujolais, un trésor à découvrir

Les vins du Beaujolais, un trésor à découvrir

beaujolais-nouveau-vin-vignoble-et-crus

Chaque troisième jeudi de novembre, on célèbre le Beaujolais nouveau, ou “beaujolpif”. Pour cette année 2021, les festivités sont fixées au 18 novembre. Mais au-delà de l’image festive entretenue pour le marketing, savez-vous qu’il existe bien d’autres crus de Beaujolais. Le Cornas, le Pouilly, le Chiroubles, le Morgon, ou le Saint-Amour pour ne citer qu’eux, méritent toute notre attention. Visite guidée de ces vignobles à ne pas manquer.

Le Beaujolais, des appellations et des grands crus

Le vignoble du Beaujolais se niche entre le sud de Mâcon et le nord de Lyon et offre une palette de crus, des plus fins aux plus complexes. Le cépage star de ce vin, le Gamay noir à jus blanc lui confère une identité très particulière, accentuée par des sols argilo-calcaires et granitiques.La grande majorité des vins élevés en Beaujolais sont rouges (98 %), mais on trouve aussi de très bonnes cuvées de blancs (issus des cépages du Chardonnay), ou de rosés (travaillées avec le Gamay). Sans oublier les crémants.Il y a donc de nombreux « beaujo » à déguster en dehors du célèbre Beaujolais nouveau. Des viticulteurs passionnés œuvrent toute l’année pour présenter le fruit de leurs vignes. Mais curieusement, ces productions viticoles, pourtant très connues, sont souvent consommées sans savoir qu’elles font partie d’une des douze appellations Beaujolais.Chacun de ces vins présente une couleur de robe, un nez et des notes différentes, liés à leurs terroirs respectifs.
  • Le Brouilly, est un vin à la robe profonde dont le nez exprime des notes de fruits rouges.
  • Le côte de Brouilly et sa robe grenat est lui plus minéral avec des notes de framboise.
  • Le Chénas, présente une robe presque bleutée. Son nez est dominé par les fruits noirs.
  • Le Chiroubles, a lui aussi une belle robe bleutée. Il nous offre des notes de framboise et de cassis.
  • Le Juliénas apporte des notes de cerises. Sa jolie robe tire sur des tons de violet.
  • Le Fleurie, séduit par ses notes subtilement épicées qui se marient avec les viandes blanches.
  • Le Moulin à vent nous offre lui, une robe d’un beau rouge cerise et un nez qui évoque le cassis.
  • Le Morgon, est ancré sur des terres de schistes. Sa robe est d’un grenat très sombre et son nez respire la cerise.
  • Le Régnié. Un nez de fruit noir et une robe sombre pour ce vin qui accompagnera divinement une côte de bœuf.
  • Le Saint-Amour est un vin aux notes fruitées. Sa finesse vous séduira tout autant que son joli nom.
Les Beaujolais et Beaujolais-Villages sont aussi des AOC Beaujolais. C’est de leurs terres que sont issus les Beaujolais nouveaux. Moins connus, dans leur version non-primeur, ils défendent pourtant comme les autres Beaujolais, les couleurs d’un terroir gustatif aux palettes aromatiques variées.Encore trop méconnus, les Beaujolais blancs, très aromatiques, gagnent à être découverts. Associez-les à un plat de grenouilles des plaines de la Dombes toute proche. Un pur bonheur !

La petite histoire du Beaujolais nouveau

Le Beaujolais nouveau, c’est le produit phare des terres viticoles du Beaujolais.beaujolais-nouveau-vin-primeur-festif-18-novemnre-2019

Un événement mondial

Le Beaujolais nouveau n’est pas un vin d’exception. Malgré cela, tous les ans, la sortie de sa cuvée de l’année, suscite un réel engouement. La bouche très fruitée de ce vin vinifié à partir de grappes entières de Gamay est très appréciée. On fête l’arrivée de ce vin de primeur, verre à la main, dans plus de 150 pays ! Car si elles étaient confidentielles à leur début, ces éditions ont petit à petit dépassé les frontières de l’hexagone jusqu’à devenir cet événement international que l’on connaît aujourd’hui.Fuseau horaire oblige, c’est au Japon que démarrent les festivités. Pays de touts les excentricités, on y organise des bains de Beaujolais nouveau !

Le Beaujolais nouveau, une cuvée salvatrice

Aujourd’hui populaire, les vins du Beaujolais n’ont pourtant pas toujours eu la cote. Les changements de goût du public les ont un temps mis à l’écart. C’est pour redorer leur blason et mettre en lumière ce terroir, qu’un négociant en Beaujolais va lancer la stratégie marketing que l’on connaît aujourd’hui autour du vin primeur. Son succès ne s’est depuis plus jamais démenti et la sortie du vin primeur, symbole de fête est attendue avec impatience. À cette occasion, les médias du monde entier diffusent des reportages et parlent du vignoble du Beaujolais.C’est grâce au Beaujolais nouveau que les autres vins du Beaujolais ont fait leur retour en grâce.

Un vin bien accompagné

beaujolais-nouveau-vin-et-gastronomie-lyonnaise

Quoi de mieux pour accompagner un ballon de Beaujolais nouveau ou non-primeur, que la cuisine lyonnaise. On pense tout de suite à la traditionnelle planche de charcuteries (saucisson, rosette ou jésus de Lyon) et de fromages du pays lyonnais, mais le choix ne s’arrête pas là. La ville de Lyon offre de nombreuses spécialités locales qui se marient à merveille avec un pot de Beaujolais. Le saucisson brioché lyonnais, les volailles rôties du Beaujolais et les plats en sauce (lapin en sauce, quenelles, coq au vin au Juliénas) font depuis longtemps la renommée des bouchons lyonnais, ces restaurants inspirés par la cuisine des mères lyonnaises. Qui n’a jamais entendu parler de la mère Brazier ?N’oublions pas le sabodet, le cervelas, la cervelle de canut, la crème de cardon, les criques, le barboton ou la soupe à l’oignon gratinée présents à chaque édition. Les gourmands finiront sans aucun doute leur dégustation de Beaujolais par une poire pochée au Brouilly ou un granité au vin de Brouilly.

Un petit conseil pour terminer. N’hésitez pas et succombez à un fondant chocolaté ou à une tarte au chocolat. Les arômes du cacao révèlent le goût fruité du vin pour un moment de pur délice.